# 064 : À QUELQUES BATTEMENTS DE COEUR de Kira SCHEVALIER

Découvrez la chronique de LesBookineusesdu28 que je remercie sur À quelques battements cœur.

LesBookineusesdu28

À QUELQUES BATTEMENTS DE COEUR

 

cover-2737

AUTEUR :  KIRA SCHEVALIER

MAISON D’ÉDITION : AUTO – ÉDITION

GENRE : ROMANCE PARANORMAL

Nbres de pages : 57 PAGES

Prix Ebook : 0.99 €

Voir l’article original 383 mots de plus

Publicités

Minigician T0.5 extract (English version)

Synopsis :

Minigicians have no existence in the universe of the supernatural and nevertheless, they would deserve a place in it. People decimated by metamorphs in their world, powerful forces have joined forces to revive this species. For centuries, the minigicians became a rumour, an unverifiable myth for most witches until the day Mini-Maverick appeared at the manor of the Lailo family, without any memory of its past.

If his presence brings together the little cousins Raphael and Joshua, respectively wizard and wolf metamorph, they are all three far from imagining what the future holds for them.

Until their destiny takes shape, they will learn to grow together. Mini-Maverick will adapt to his new family and be considered a member of the family. Raphael will become his wizard master while Joshua, behind his grouchy airs, will intrigue him over the years.

If the plans of the powerful forces had been to do everything possible to give birth to an extinct species again, they did not expect the last of the minigicians to be able to feel emotions in the same way as a human…

Note: Currently being corrected and proofread

***

Preface

The universe of minigicians

 

The Lailo family was one of those who knew of the existence of minigicians, small beings of human size and appearance. Measuring between ten and thirteen centimeters, they had blond hair, intense coloured eyes and the particularity of having angel wings when they reached maturity.

The last time they came to the world of Men, it was to save what they had left them: dragons. Since the magic of the minigicians had no impact on this universe, they had to bind themselves to a master wizard and thus merge their power to use them. In doing so, he was entirely devoted to them and was willing to sacrifice their lives to protect him.

That was what Léo-Paul Lailo wanted to tell his wife, Éloïse. The latter, who had heard of these small beings as a rumour, had not married an ordinary wizard, but one of the most powerful existing to date. From then on, she understood that a great secret hung around these minigicians.

Any surprises and injuries? She had had them in her life. Losing her husband when he was an infallible oracle had torn her heart. Fortunately, in her misfortune, she had had two children: Ethan and Lily, now grown up.

Today, at the age of forty-five, his joy at seeing a minigician under his roof was fading. Éloïse secretly wanted to meet one, because she needed to know their true story and understand the secret that surrounded them.

She sighed and closed the elders’ grimoire, a thick and old manuscript that contained a large part of the Lailo family’s history. She had hoped to find two or three notes on these minigicians, but her husband had always told her that it was impossible to leave a trace of them and that everything was told orally.

She gradually throught that it would not be during her lifetime that one of them would appear…

Until…

« Mommy? » called him her son Ethan, leaning over his shoulder.

She pivoted her chair and fell face to face with Raphael who was sleeping against her big boy’s chest. She kissed her grandson’s brown hair and then stood up, looking at Ethan’s presence. This one looked a lot like Léo-Paul. He was tall, had his hazel eyes and brown hair. He had the same power to see things that would happen, and that could sometimes be avoided. Used to her constantly worried look, she waited for his question.

« Mommy? » repeated this one by sitting in the chair next to the desk, I need to know more about the last minigician. Why isn’t he like the others? Why couldn’t he sacrifice himself for his master?

Éloïse had told him several times the story of the minigicians, but had never been able to explain the reasons why the last of them had to sleep until he was called back.

Noting that her son’s voice was worried, she took her place and reminded him of what she knew:

« Because the last one who survives his brothers and sisters in arms must carry out what the elders call a quest, the quest of destiny. Unfortunately, your father was vague on that, so I’m not very helpful. »

« What if he comes back? »

« If this is to happen, it means that the time will have come for him to fulfill his destiny. »

« Do we know if it’s happened before? »

« Yes. There have been others before… but as I told you, everything is told orally, there is no writing… »

« Yeah, that’s too bad… »

« Why, suddenly, all these questions? »

Ethan tightened his arms around her baby, looked at him for a moment and then looked up at her.

« Earlier, I was talking to Lily. When I touched her belly, I had a vision… »

Her daughter, who was pregnant, did not want to reveal the father’s identity to them. It was frustrating, but Eloise had accepted knowing that one day Lily would explain why.

« From the look on your face, it looks like you saw a ghost? »

« The last minigician. He will be there… »

She was stunned because she no longer expected to hear this news.

☆☆☆

From that day on, she had carefully re-launched her reading of the family’s historical grimoires while remaining attentive to the other witches in the community, whose conflicts she sometimes settled.

She knew that minigicians were visible to witches and metamorphs. As for the shamans, they could only hear them.  However, there were very rare cases: some children were able to see them until a certain age.

It was while taking the time to reread the grimoires that she discovered a scribbled note from her late husband’s hand. The latter looked more like a succession of words than information and it is certainly for this reason that she had not really paid attention to it.

«Anthera’s prophecy.

To be gathered: metamorphs, sorcerers, shamans and the exceptional (circle of elites dedicated only to the alpha of alphas).

Legion? Reign?

Everything is linked.

Soon »

However, she didn’t understand it. Anthéra was known to the metamorphs as their goddess and Eloise did not know much about their custom. If the magically endowed beings lived in this world, this was their only common point, because it was obvious that this prophecy did not concern the wizards.

But from the moment Joshua turned three years old; she felt a different power in him than hers. He was light, tiny, as if he didn’t have one, but he was real.

When she discovered that he could turn into a cub, she finally understood the meaning of the note: Joshua was at the center of a prophecy belonging to the metamorphs. She then wondered how Léo-Paul had come to think that it would be this boy. Had he seen it through his visions? And above all, where did he get this prophecy from? Anthéra, goddess of the metamorphs, had no connection with the witches.

☆☆☆

One evening, Eloise told her children about her discovery. Ethan, at first frightened, was surprised that Lily had not told him anything about Joshua’s father’s nature.

« You couldn’t have gotten pregnant from a metamorph! shouted this one. That’s impossible! »

« Ethan, relax » Eloise advised him, as worried as he was.

« Calm myself down? » gesticulated this last. « Mom! A metamorph and a witch? Can you imagine the impact this will have on our community? »

« I’ve already checked it out! »

Eloise had to shake him to bring him to his senses. She had also been surprised to know it, but the rest was even more destabilizing…

« And? » Ethan moved gently when he realized that Lily was shaking.

Eloise smiles as she sees him shaking her younger daughter’s hand, as if to reassure her.

« I know we rarely talk about metamorphs, » she replied, « but according to the council, there can be no conceptions between human beings, wizards or mortals, and them.

The council was a group of men and women who also called themselves the Order of the Phoenix. He represented each species endowed with magic. Working in the shadows, with a covered face, he called on certain witches to calm conflicts and, above all, he listed historical facts that would arouse interest, such as prophecies.

« What do you mean? » Finally spoke Lily in a white voice.

« A human cannot carry their offspring because our placenta is too fragile and, in the opposite case, the sperm of the human are considered as a virus that the body of the annihilating metamorph… »

« No… but how could I conceive Joshua if… »

Eloise took a deep breath while looking at them in turn to give herself the courage to reveal the truth about Joshua to them.

« Listen to me, there is a prophecy among metamorphs that speaks of an alpha… The one who would restore the balance between his own and other known magical species… »

« An alpha? » stammered painfully at his daughter.

« Yes, the alpha of alphas. »

« Who will teach my boy his wolf side? I don’t know anything about it and… »

« No one, she cut it off categorically. The board doesn’t want to divulge Joshua’s particularity and, the fact that you didn’t say anything about the father, suggests to me that the prophecy is already on its way. »

« No, I just…. »

« Lily, for whatever reason, Joshua will be the alpha whether we like it or not. We must ensure that he does not use his magic, however, he can transform himself here on our estate. It is large, vast and protected by the charms of our ancestors. »

« Can’t he do it at my place? Or Ethan’s? » Lily asked him.

« No, you’ll have to talk him out of it. »

Realizing that the announcement was not easy for her children to digest, Eloise preferred to keep to herself what she knew about this prophecy. There had been a precedent, centuries earlier, when it could not be achieved. This failure had forced today’s council to reconsider their position as a support: it will only intervene if and only if the alpha of the alphas accepts its status.

After a few minutes of silence, she and her children finally decided that everything possible should be done to ensure that Joshua was well surrounded, starting with his cousin Raphael, with whom he did not speak.

Ten and seven years old respectively, Raphael was trying to get closer to the second. But Joshua, who felt his difference, refused to open up and preferred to contemplate the sky.

For this to work, they had agreed that the cousins would spend all the summer holidays at Eloise’s. If at first it seemed difficult, the arrival of the minigician at the manor brought them closer.

Mes derniers goodies

Mes derniers goodies reçus le 8 aout 2019

Tote bag Schevalier Romances (100% coton écologique – écru – 36 x 40 cm) et marques-page 5,4 x 20 cm (Minigicien T0.5)

Ils seront prochainement en vente pour l’achat d’un livre papier dédicacé en VPC (vente par correspondance uniquement = > prochainement sa page).

 

Actu – Minigicien T1

Extrait du T1 => Prologue & Partie 1 du chapitre 1

Le choix du titre final (ci-dessous) : Une étoile en moins dans le ciel

Fiche de => Minigicien T0.5

***

 

Son avancée est actuellement de deux tiers d’écris dont un chapitre ajouté au tout début pour celles qui avaient lu sur wattpad.

Titre provisoire : j’hésite entre L’extinction d’une étoile ou Une étoile en moins dans le ciel…

 

Prochainement le résumé dès que je le tiens… Je ne sais jamais quoi vraiment écrire de peur de trop en dire ou pas du tout assez…

Extrait Minigicien T1 : Partie 1 du chapitre 1

=> Prologue

Chapitre 1 / Visions

Partie 1

 

Joshua, au milieu d’un immense brouillard blanc, ne comprenait pas ce qu’il faisait sur une propriété qu’il lui était inconnu. La brume peu ordinaire se dissipa lentement et lui laissa entrevoir une grande bâtisse. Son regard se posa en premier lieu sur le toit puis descendit jusqu’à ce que son cœur se mette à battre à vive allure : là, au milieu d’une foule figée par un sort, un cercle lumineux piégeait son cousin, sa grand-mère, un jeune homme et une adolescente. 

Ne voyant pas le minigicien, il commença à sentir le stress monter en lui. Sa vision de loup s’activa instinctivement et repéra rapidement l’aura étincelante de Mini-Maverick. Celui-ci gisait inerte, sur le sol. Mue par la peur de le perdre, il réussit à se déplacer, mais chaque pas qu’il effectua lui soutira un grognement de douleur. Joshua avait l’impression que la terre était recouverte d’épines métallique. 

Arrivé au bord de cet étrange cercle magique, un pan invisible semblait le délimiter.

— Mini-Maverick ! l’appela-t-il en frappant contre ce mur. Raphaël ! Grand-mère !

Personne ne parut le voir. Tous semblait concentrer sur l’adolescente qui leur parlait. Elle avait un visage pâle, une chevelure noire et courte, des lèvres fines… Elle était si jeune que Joshua ne lui donnait pas plus de quinze ans. Vêtue d’une tunique blanche, les manches retroussées, d’un corsaire noir et des bottines sombre, elle ne paraissait pas le voir…

— Détrompe-toi ! lui tonna-t-elle en levant une main vers son cousin, sa grand-mère et le jeune homme.

Joshua les vit se figer comme si le temps n’avait plus aucun impact sur eux. Énervé par ce rêve ou cette prémonition, il plongea ses yeux dans ceux de la jeune fille. Ils étaient si brillant de peine que son corps se détendit, un frisson de soulagement parcourant son échine. Elle n’était pas là contre lui. Il le pressentait, mais à quoi pouvait rimer cette situation ?

— Qui êtes-vous ? hurla-t-il en tentant de traverser le pan magique.

— Je suis Samantha, dernière prêtresse de la communauté « porteur de lumière »

— Pourquoi suis-je là ?

Au lieu lui répondre, le sablier du temps reprit son cours à l’intérieur du cercle et Joshua put enfin entendre ce qu’elle avait à dire.

— Les Logan n’ont pas été francs avec vous, chuchota-t-elle en fixant son cousin.

— Comment ça ? demanda Raphaël.

— À l’époque où Mini-Maverick s’est battu au côté de Merlin, un sorcier veillé par un minigicien s’est retourné contre eux en tentant d’assassiner la dernière dragonne temporelle. 

La voix de la jeune fille, mélancolique, triste et pleine d’amertume, l’ébranla comme s’il craignait de découvrir un peu du passé de Mini-Maverick. Mais ce qui était le plus dure à regarder était le visage défait de Raphaël.

— Ce sorcier, bafouilla son cousin, c’était un Logan ?

— Oui, répondit la jeune fille. Il a coupé les ailes de Nessie…

 

Tout en parlant, Joshua se retrouva propulsé sur le rivage d’un lac où la voix différente de Mini-Maverick résonna :

— Logan ! Qu’avez-vous fait ?

Joshua le repéra sous une pluie qui s’abattait violemment sur ces lieux inconnus et suivit du regard l’homme que le minigicien était en train de dévisager. Celui-ci ne prit pas la peine de se tourner vers Mini-Maverick, mais ricana :

— Vous pensiez que j’allais vous regarder récupérer les dragons sans recevoir de récompenses ! Sans nous ! Votre peuple n’est rien ! Vous êtes soumis à nos pouvoirs ! Regarde ton ami Gavin ! Il m’est entièrement dévoué !

Joshua, le cœur battant, vit le visage du minigicien de ce sorcier hocher la tête. 

— Logan ! brailla la voix d’un homme qui apparut comme magie à côté de Mini-Maverick. 

— Merlin, tu arrives trop tard ! hurla le traître en tendant une paume vers eux pour l’empêcher de s’approcher de lui.

— Tu ne sais pas ce que tu risques de provoquer en agissant de la sorte ! s’écria son aïeux.

— Les minigiciens tirent leur pouvoir des nôtres ! Ne vois-tu pas que nous sommes bien plus fort qu’eux ? Ne t’es-tu jamais posé la question de la raison qui les oblige à se lier à un sorcier ? Sans nous, ils ne peuvent rien faire !

Joshua voyait que cela était faux. Théo-Daniel lui avait bien dit que les minigiciens étaient liés avec des sorciers uniquement pour contenir l’Ika, le pouvoir qui unissait la magie des dragons et celle d’Anthéra. En se remémorant  cette conversation, il entendit Logan ordonner à Mini-Gavin de piéger Merlin pendant qu’il s’attaquait à Mini-Maverick.

Joshua leva subitement son regard vers ciel. Des éclairs suivis d’une bruyante détonation le firent sursauter. La peau recouverte de chaire de poules, il chuchota comme pour lui-même :

— Si je suis là, c’est pour comprendre quelque chose, mais quoi ?

Tout se mit soudainement à ralentir. Mini-Maverick parait les sorts de feu que lui envoyaient Logan tandis que Mini-Gavin venait de bloquer les mouvements de Merlin, mais ce que Joshua remarqua fut les yeux de son aïeux luire d’un bleu électrique, identique à celui de Mini-Gavin. Leurs regards s’affrontèrent comme si ce moment était la clé.

— Gavin, chuchota Merlin d’une voix presque inaudible, toi et moi savons qui nous sommes réellement l’un et l’autre.

— Je te demande pardon. je n’arrive pas à me défaire de mon maître, marmonna tristement le minigicien.

— Oh que si, tu le peux, Gavin. 

— Comment ?

— Rappelle-toi qui nous avons été, murmura Merlin en posant une paume contre un mur invisible.

Joshua, le corps frissonnant, vit le minigicien poser la sienne contre celle de son aïeux et Merlin poursuivit :

— Tu as été un ader, mais avant tout, tu as toujours été plus qu’un frère pour le prince Maverick.

— Nous ? répondit le minigicien alors que Joshua essayait de comprendre leur échange.

— Toi et moi ne somme qu’un. Et je sais que nous ne ferions jamais de mal à Maverick. 

En donnant cette réponse, les secondes reprirent le cour du temps. Alors que le bouclier magique de Mini-Maverick commençait à s’affaiblir, Mini-Gavin se tourna les mains tendues vers Logan. Joshua observa la scène avec stupeur. La magie du sorcier s’extirpa de celui-ci et s’évapora dans l’atmosphère humide, augmentant le son des éclairs. L’essence de cette magie était empreinte de colère. Joshua pouvait ressentir la puissance de l’Ika. 

— Gavin ? Comment oses-tu… hurla Logan.

Avant de terminer sa phrase, ce dernier puisa dans ses dernières ressources et concentra le reste de sa magie dans un sort qu’il envoya sur Mini-Maverick. Tout se passa si vite que tout ce que Joshua put constater était le sacrifice de Mini-Gavin qui prit de plein fouet une boule énergique.

— Non ! s’écria la voix brisée de Mini-Maverick. Gavin ! Gavin !

Les trombes d’eau avaient beau claquer contre la terre molle, Joshua comprenait enfin pourquoi Mini-Maverick avait peur des orages. Inconsciemment, il était hanté par ça. 

— Gavin ! Ne me quitte pas ! On était censé rentrer tous les deux ! Gavin !

Pour la première fois, Joshua découvrait une autre facette de Mini-Maverick. Celui-ci serrait très fort le corps de son ami en se balançant d’avant en arrière comme s’il le berçait.

— Maverick… appela Merlin en s’agenouillant à ses côtés.

— Logan doit payer pour ses crimes ! maudit le minigicien qui lâcha le corps de Mini-Gavin.

— Je me chargerai de ça…

— Regarde Nessie ! parla-t-il en fermant ses mains en forme de poings. Mon devoir était de retourner chez moi avec elle ! Mais elle est affaiblie ! Elle ne pourra pas me renvoyer…

— Sais-tu pourquoi elle ne s’est pas défendue, mon ami ? Parce qu’elle protégeait quelque chose de plus important que sa vie.

Joshua s’approcha de l’énorme bête. Affalée sur le ventre, son dos était recouverte de sang et son regard l’immobilisa : elle le fixait, lui. Elle leva une patte et lui dévoila un œuf. Il se détourna quand Mini-Maverick sanglota bruyamment, secouant son cœur passage. 

— Non, non, non ! Gavin !

— Maverick, il est temps de leur dire au revoir, renseigna Merlin. Tu leur dois cet honneur.

Joshua s’interrogea sur l’emploi de « leur ». Maverick s’allongea à côté du corps inerte de Gavin et posa une main sur l’emplacement du cœur.

— Gavin s’éteint, marmonna Mini-Maverick d’une voix chevrotante tout en fermant ses yeux. J’entends mes frères et sœurs tombés aux combats. Je les entends… ils me supplient de t’écouter… Ils me disent qu’ils seront toujours près de moi… ils me promettent de m’attendre…

Joshua, la gorge nouée, pouvait tristement ressentir sa douleur comme si elle était sienne.

— Merlin, poursuivit le minigicien dans un souffle brisé, je suis le dernier… Est-ce que j’ai échoué ? 

Joshua ne put contenir ses larmes. Mini-Maverick semblait si désespéré qu’il avait mal pour lui.

— Et parce que tu es le dernier, informa Merlin, mon devoir est aussi de te protéger.

Extrait Minigicien T1 – Prologue

Résumé provisoire et non définitif : 

Au départ, il y avait un plan. Tout était simple : choisir un Alpha des alphas, remettre de l’ordre dans l’univers magique de la Terre et laisser les choses suivent leur cour. Mais ça, ce n’était qu’un plan et comme tous les plans, il y avait des failles. 

Alors que trois jours se sont écoulés depuis le départ de Théo-Daniel, Joshua se réveille en sueur. Samantha, une prêtresse exceptionnelle capable de converser avec lui, lui apprend le terrible secret de la famille Logan. Il découvre ainsi que les apparences peuvent être trompeuses, que des amis peuvent être des traîtres et que des ennemis peuvent devenir des alliées. 

Mais avant d’accepter son rôle dans un combat qui semble réunir toutes les entités magiques, il devra affronter sa plus grande peur. 

***

Prologue / Lazard

 

Il avait appris que son espèce devait rester à l’ombre des regards des humains, qu’elle ne devait jamais se mêler avec cette race fragile et devait respecter les lois de leur déesse : Anthéra. Très jeune, Lazard Dominic s’était dressé secrètement contre ses idéologies : vivre en harmonie tout en respectant les rangs de chaque clan interne ainsi que les humains de la Terre. En grandissant, il avait vu les siens vivre dans la peur des lendemains.

— Lazard ! Une source vient de m’apprendre qu’une prêtresse foule notre monde depuis des années !

Il détourna son regard de la fenêtre de son bureau, jeta un œil à l’un des alphas soumis à Légion. 

— Il y a longtemps que je n’en ai plus croisée, dit-il en repensant à celle qu’il avait assassiné, persuadé qu’elle était la dernière.

Il rit et se replaça de façon à contempler son visage dans le reflet de la vitre. Lazard avait trente-cinq ans depuis plus de deux siècles et demi. Il avait un visage carré, les cheveux sombres tombants jusqu’aux épaules et une carrure imposante qui savait effrayer les siens.

— Monte une équipe, prends une nécromancienne et amène-là moi, morte ou vive.

— Bien, Alpha.

Lazard avait fini par faire du monde tel qu’il le connaissait autrefois, un terrain de chasses où les humains n’avaient plus aucune emprise sur sa vie. Il avait découvert une manière de contrer la prophétie d’Anthéra et ses lois.

***

Né en 1745, comme tous les métamorphes, Lazard avait eu connaissance de la prophétie de l’Alpha des alphas. Contrairement aux siens, il l’avait détesté, car à ses yeux, il ne fallait pas attendre qu’Anthéra élise l’Alpha, mais que celui qui avait les épaules pour porter son peuple vers un meilleur avenir devait s’imposer de lui-même et saisir cette place, chose qu’il s’était appliqué à préparer.

Alors qu’il avait 16 ans, avec son air innocent et sa jeunesse, il s’était renseigné sur la prophétie grâce aux chamans de cette époque qui ne voyaient en lui qu’un curieux avide de savoirs. Ils lui avaient expliqué qu’Anthéra avait beau ne plus avoir de corps, sa magie était capable d’œuvrer au-delà du plan matériel. Pour lui, ce n’était que des histoires. Quel genre de déesse laisserait ses enfants vivre caché ? La Terre était aussi leur foyer et Lazard était prêt à tout pour qu’elle n’appartienne qu’à une seule race : la sienne, les métamorphes loup.

Pendant les cinq années suivante, il avait secrètement sympathisé avec des nécromanciens, des sorciers qui faisaient appels aux ténèbres, faisant ainsi naître la légende du loup du Gévaudan. Lazard avait réussi à déjouer la prophétie, mais il ne s’était pas attendu à ce que Ezra, le métamorphe loup choisi par Anthera, sacrifie sa vie pour protéger son clan.

Les humains étaient stupide. Ils avaient créé la légende et l’avaient ensuite bouclé en tuant ce maudit loup. Lazard l’avait certes empêché de devenir l’Alpha des alphas, cette belle victoire avait eu un goût amer. Une sorcière, nommée Gwendydd, l’avait trahi en ensorcelant une parcelle de ses terres qui serait devenu un refuge pour tous les métamorphes non loup. Lazard avait tenté par tous les moyens de la localiser, mais les nécromanciens ne parvenaient pas à contrer son sortilège. Et pour cause, il ne l’avait appris que plus tard, cette sorcière était une descendante de Merlin.

Il avait commis des fautes qu’il avait mis sur le compte de son inexpérience. Aujourd’hui, après avoir affronter des alphas et avec l’appui des nécromanciens, il avait réussi à détourner les lois d’Anthéra et ainsi devenir l’Alpha. Sa meute s’était au fil des décennies significativement agrandie. S’il avait été capable de faire échoué la prophétie, il y arriverait une seconde fois, sauf qu’il veillerait à ne plus commettre les mêmes erreurs. 

— Conrad ! appela-t-il.

Un démon à l’apparence humaine arriva dans la pièce.

— Oui, Alpha !

— Si une prêtresse respire notre air, cela signifie que la prophétie est en train de se préparer ! Rassemble tes sbires, il est temps d’aller à la rencontre des derniers vieux sages !

— Bien maître.

Lazard savait que les chamans ne lui donneraient jamais le nom de l’élu, mais il avait appris au cours de ses deux siècles, que la torture était efficace quand il ne s’agissait pas de leur propre personne. Un sourire narquois se dessina sur ses lèvres. Lazard avait laissé filtré si peu d’informations sur ses plans qu’il était certain de rester l’Alpha des alphas.

Une fois que cela sera réglé, il fera des humains, des esclaves. Et son peuple pourra jouir d’une vie comme il l’avait toujours espéré.

 

Partie 1 du chapitre 1

 

Le chaman et son prince (Hyden & Cohan)

Toute l’histoire de la saga « MESSAN » est une œuvre fictive. Les noms, les personnages, les lieux et les situations sont le produit de mon imagination et sont utilisés fictivement. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, des établissements commerciaux, des événements ou lieux est purement fortuite.

Mention de couple gay – Classée Mature

Texte original 2013/2018 © Thémys Eridine

Images © fotolia

cohan et hyden 2018 wattpad

 

 

Résumé : Hyden, prince cadet d’un peuple presque éteint, avait dû quitter ses terres pour devenir le prince guerrier des métas.
Pour cela, il avait dû apprendre à communier avec son moi-intérieur, son esprit animal.
Il revient après 5 années d’absence et la peur de retrouver son ami Cohan ne cesse de grandir en lui.

 

***

Le Méta et le chaman : Cohan & Hyden

***

Hyden, sur le dos de son destrier noir, tira sur ses rênes lorsque les lumières du royaume de son père apparurent au loin. C’était le cœur léger qu’il rentrait enfin chez lui après cinq années d’absence. Prince héritier des Thérions et descendant d’une longue lignée de métamorphes, il avait dû partir pour découvrir son « moi intérieur ».

Il avait suivi l’entrainement des sages qui –par-delà les hautes montagnes rocheuses– étaient seulement habités par les deux derniers chamans. Grâce à ces hommes sorciers, il avait appris à s’unir avec son puissant esprit animal : le loup de l’Aube.

Les chamans lui avaient révélé de multiples avenirs potentiels où le seul l’homme qu’il aimait secrètement mourait de diverses façons. Il y avait tellement de possibilités que cela avait finies par détruire sa carapace.

La maîtrise de soi n’avait jamais été son fort. Amadouer un esprit animal revenait à affronter ses propres peurs et à accepter tous les sentiments qui faisaient de lui ce qu’il était aujourd’hui. Hyden avait inconsciemment refusé de laisser son « moi intérieur » à avoir le dessus jusqu’à ce que son cœur lâche définitivement prise.

À force de lutter et de tenter de comprendre son loup, il avait fini par unir sa rage à celle de son esprit animal. La fusion avait été si violente qu’il aurait –selon les chamans– acquit le changement radical : l’évolution. C’était une aptitude que très peu d’entre eux étaient capable de posséder.

Il faisait donc partie de ceux qui avaient la possibilité de contrôler entièrement son état animal. Alors que pour les autres, ils leur faillaient une concentration absolue et cela les rendait vulnérable pendant qu’ils se transformaient.

.

Devant la contemplation du royaume, il dissimula derrière ses paupières closes ses yeux aux couleurs d’un saphir précieux et apprécia l’air doux qui balaya ses cheveux blonds tandis que la brise, comme une mère attentionnée, sembla porter en elle des mots de bienvenue.

Il sourit, ouvrit son regard et le leva au ciel. Son peuple était avant tout des humains et bien que certains d’entre eux avaient la capacité de se transformer, d’autres ne le pouvaient pas. La diversité était leur force, mais son espèce était en voie d’extinction. Veillé par une race supérieure, Hyden savait qu’il en apprendrait un peu plus sur eux.

Son royaume commençait à manquer cruellement d’espèces animales ce qui empêchaient la nouvelle naissance de métas et le bouclier qui le protégeait depuis des plusieurs décennies était sur le point de disparaître.

Hyden savait qu’à son retour, de difficiles décisions allaient devoir être prise…

— Sire, je ne voudrais pas vous presser, l’interrompit Cashka (chef de sa garde et cousin), j’ai énormément hâte de retrouver les miens.

Hyden croisa un regard amusé et impatient avant de sourire à ses compagnons. Il n’était pas revenu seul. Il était accompagné de ses frères et sœurs d’armes. Il avait devant lui les derniers métas de sa génération, une vingtaine de membres qui représentaient aujourd’hui le dernier espoir pour son peuple.

— Métas ! Rentrons chez nous !

.

.

Hyden contemplait le corps d’un jeune garçon qui n’en était plus un depuis quelques années. Il avait de terribles regrets, comme celui de l’avoir laissé seul. Il se rappelait –avec honte– qu’il était parti sans lui avoir dit au revoir. Il avait juste laissé une lettre par lâcheté et surtout par peur.

Futur héritier d’un peuple presque éteint, il ne pouvait pas se permettre d’avoir ce genre de sentiment pour un homme. Il avait cru en s’éloignant de Cohan qu’il n’éprouverait plus rien pour ce dernier mais les sages des montagnes de l’Aube lui avaient ouvert les yeux : il n’avait jamais été un coup de cœur ou un amour de jeunesse.

Avant de quitter le royaume, il s’en était convaincu jusqu’à ce qu’il ne réalise l’importance de son jeune ami. Si Hyden était devenu la fierté de son peuple, Cohan, lui, avait obtenu leur allégeance en acquérant un pouvoir peu détenu par les hommes sorciers.

Aujourd’hui, au pas de la chambre du jeune chaman, il avait cru que ce dernier aurait été présent au banquet, mais cela n’avait pas été le cas. Cette déception valait bien celle qu’il avait dû lui causer. Hyden avait faussement souri à son peuple, baisé courtoisement les mains des dames de la cour, discuté avec son père et ri avec son frère aîné, le chef des métas.

À l’ombre de la grande pièce, il continuait à fixer celui qui, selon les nouvelles reçues, serait le digne successeur des esprits animaux. Son père n’avait pas dissimulé sa fierté en ce qui concernait Cohan. Il lui avait révélé, quelques heures plus tôt, que son jeune ami serait le premier depuis des décennies à acquérir le pouvoir de l’Appel. C’était un don extrêmement rare qui, malheureusement aussi, était annonciateur de la fin des Thérions.

Le savait-il ? Non. Cohan ne le devait pas. Les vieux chamans avaient formellement interdit à tout homme de lui révéler sa vraie nature. Il était trop jeune pour porter le poids d’une seule civilisation.

Hyden chassa ses horribles pensées et avança d’un pas hésitant.

Le regard rêveur, une boule se logea au fond de sa gorge. Il aurait voulu détourner son visage, mais il n’y parvenait pas. Cohan était devenu un beau jeune homme. Ce dernier, allongé sur le côté droit de son corps, étreignait fermement le seul drap blanc qui passait entre les jambes décalées et épousait un torse nu et pâle.

Il n’arrivait plus à se défaire de cette merveilleuse vision. Cela faisait si longtemps qu’il ne l’avait pas revu que son traître de cœur se mit à battre avec un peu plus de violence. L’envie de glisser une main dans la chevelure bleutée et bouclée de son ami lui traversa quelques secondes la tête, mais il finit par reculer d’un pas. Il n’en avait pas le droit. Pas après son départ. Pas après la conversation qu’il avait eue deux minutes plus tôt avec Arubelle, la meilleure amie de ce dernier. 

.

— Vous savez, sire, je ne l’avais jamais vu aussi déprimé depuis que vous l’avez abandonné.

Hyden la connaissait autant que le jeune homme. Cashka et tous les trois avaient grandis ensemble et, le simple fait qu’elle le vouvoie, l’avait remis à sa place, car aujourd’hui, ils n’étaient plus des enfants, seulement des adultes avec des devoirs et des priorités. Cohan et Arubelle étaient de très bons amis, presque faits l’un pour l’autre.

— J’ai toujours cru que vous vous seriez mariés, lui avait-il répondu en restant impassible.

Pour toute réponse, elle lui avait ri au nez :

— Cohan est comme un frère ! Comment avez-vous pu penser une seconde que…

Hyden les avait vus se rapprocher avant de quitter le royaume et puis, Cohan avait cessé de se confier à lui.

— Vous devriez aller le voir, lui avait-elle conseillé.

— S’il n’a pas souhaité se joindre à la fête, je ne peux que comprendre la déception que j’ai pu représenter à ses yeux.

— Sire, vous seriez étonné de savoir que sa douleur ne vient ni de votre départ et ni de votre absence. Elle vient d’ailleurs…

Hyden avait espéré quelques secondes que, peut-être, Cohan aurait pu lui retourner ses sentiments mais, plus âgé que ce dernier, il s’en était écarté.

— Je le verrais demain.

— Hyden ! Ne vous dégonflez pas !

Il avait écarquillé les yeux et serré la mâchoire. Le regard assassin que la jeune femme lui avait décoché ne le fit pas douter qu’avec le temps, elle avait su se faire entendre.

— Bien, j’y vais de ce pas, mais ne t’attends pas à des effusions.

Elle était repartie au-rez-de-chaussée, le sourire au bord des lèvres.

.

Cohan avait maintenant vingt ans, l’âge qu’il avait lorsqu’il l’avait laissé ici. Il avait si souvent rêvé de ses retrouvailles qu’il réalisait à peine que le temps perdu ne se rattraperait jamais. Il obligea son regard à se détourner du corps fin et se dirigea vers la sortie.

— Es-tu parti si longtemps que tu ne sais plus comment me réveiller ?

Hyden, le cœur battant à tout rompre, s’immobilisa. Sa voix avait brusquement éveillé en lui tous les souvenirs qu’il avait vécu à ses côtés. Pourtant, il dut se ressaisir et fit demi-tour pendant que ses yeux se posèrent sur les mains du jeune homme qui allumait une petite lampe.

— Surement pas assez longtemps pour que tu ne te joignes pas à ma fête, répondit-il d’une voix distante.

Hyden qui ne voulait pas céder à ses pulsions humaines savait que son esprit animal et lui ne dépendrait que d’une seule personne. Il ne pouvait pas continuer comme si la vie allait reprendre son cours. Cohan était devenu un chaman et lui, un méta. Leur monde ne pourrait pas se permettre de perdre des hommes comme eux.

Il fronça subitement ses sourcils : Cohan quittait le lit en lui dévoilant des jambes fines et vint se poster devant lui. Son souffle se coupa net. Ce dernier était juste splendide. Tête légèrement inclinée vers le bas, son regard s’accrocha au sien. La couleur améthyste qui colorait parfaitement ses prunelles l’avait si souvent hanté que ses lèvres se mirent inconsciemment à s’étirer quelques secondes.

— Je vais te laisser dormir, tenta-t-il en reculant d’un pas nerveux, je…

— Es-tu parti si longtemps que je te fais peur ? l’interrompit celui-ci calmement.

Il y avait dans ses yeux envoûtant un éclat qui parvenait toujours à le troubler. Hyden, le corps tendu, bomba le torse et pencha sa tête sur le côté, forçant ses mèches blondes à dissimuler son regard saphir :

— Le jour où tu me feras peur n’est pas encore arrivé.

— Alors, pourquoi me fuis-tu ?

— Je pourrais te retourner la question ? trouva-t-il seulement à redire.

— Je n’avais aucune envie de te partager avec le peuple.

Hyden manqua une respiration. Il ne s’attendait pas à cette réponse et encore moins à une telle franchise de sa part. Ce n’était définitivement plus l’adolescent qu’il avait laissé derrière lui.

— Bien, aurais-tu quelque chose à me dire dans ce cas ?

Il resta figé lorsque Cohan posa une main chaude contre sa joue droite. Il ferma instinctivement ses yeux comme si son corps avait longtemps attendu ce contact. Son cœur battait avec tant de frénésie qu’il essayait de rester maître de sa personne. Au lieu de cela, il osa se demander si le chaman aurait pu être un compagnon potentiel. Ce n’était même pas une question. Il était persuadé qu’il n’y avait pas de hasard si Cohan avait été élevé par ses parents.

Après toutes ses années à s’entraîner, il n’y avait eu qu’une personne qui avait manqué à sa vie.

— J’ai su par les esprits que tu es lié par le loup, reprit le jeune homme, que tu es puissant quand tu fais appel à lui et je sais aussi, en tant que tel, que je suis fait pour toi.

— Cohan ! s’étrangla-t-il en s’écartant subitement de lui, tu ne sais pas de quoi tu parles !

— Si justement. Je suis chaman et…

L’espace d’une seconde, Hyden voulait y croire et se donner l’espoir que tout cela avait un but précis… mais, il avait des devoirs envers son peuple. Il se devait de stopper cette conversation…

— Tais-toi ! tonna-t-il en lui tournant le dos et se dirigea la porte.

— Hyden, lui murmura soudainement la voix enrouée de Cohan, explique-moi pourquoi les esprits me disent tous la même chose ! Pourquoi me disent-ils que je suis fait pour toi ?

— Mon père est-il au courant de tes songes ? De tes visions ?

— Ton père sait tout.

Hyden, le cœur au bord des lèvres, ouvrit son regard sur la porte en fer.

— J’ai sa bénédiction, mais les esprits ne me disent pas ce que tu peux ressentir pour moi, ils ne me disent pas quand notre union se produira et…

Il sentit son cœur se briser en même temps que son ami se tut quelques secondes avant de reprendre avec un peu plus de distance.

— Enfin, vous savez, ils peuvent s’être trompés et puis, je ne vous ai pas accueilli comme il se devait et,… peut-être avez-vous déjà,… euh, bafouilla-t-il subitement comme pour respecter leurs rangs respectifs, pardonnez-moi sire, je vous prie d’excuser ma curiosité…

Ces derniers mots qui eurent l’effet de lui retourner les tripes l’obligea à pivoter. Cohan paraissait subitement plus jeune et, son visage lui rappela celui qu’il avait toujours été : un garçon empli de doute.

.

Cohan se sentait stupide. Comment avait-il pu croire une seconde qu’un prince tel que Hyden aurait pu le regarder ? Le son de sa voix n’avait rien de celui qu’il avait autrefois connu. Elle était bien plus rauque et sèche. Il dut prendre sur lui pour comprendre que le temps était un traitre qui avait su l’éloigner de sa vie.

Cohan n’était pas un métamorphe. Il n’était qu’un homme qui devait un jour devenir l’un des Sages des Thérions. Il était déjà si peu certain de ses dons qu’il préféra se convaincre à cette seconde que les esprits s’étaient trompés. Il y avait dû y avoir une erreur quelque part, car l’homme qui se tenait devant lui n’était plus son Hyden. Celui-ci avait peut-être les mêmes cheveux blonds, les mêmes yeux saphir, les mêmes traits… il devait se rendre à l’évidence : il n’y avait plus rien de son ami.

Il se mordit rageusement une lèvre quand ses larmes finirent par échapper de ses yeux. Cinq années l’avaient séparé du prince et, face à celui qui faisait battre son cœur depuis toujours, il n’avait rien trouvé de mieux que de croire en ses stupides visions. Ce constat brisa des fibres à l’intérieur de son être.

— Enfin, sembla reprendre plus doucement le chaman, tu sais, ils peuvent se tromper et puis, je ne t’ai pas accueilli comme il se devait et,… peut-être as-tu déjà,… euh, bafouilla-t-il subitement comme pour respecter leurs rangs respectifs, pardonnez-moi sire, je vous prie d’excuser ma curiosité…

Il en était tellement convaincu qu’il s’était senti mature et capable de lui tenir tête… mais, la vérité était qu’il y avait seulement cru. L’espoir d’être un jour dans ses bras venait de s’envoler en fumée. Maintenant, il essayait de sourire, le regard humide et le cœur en décomposition.

Le temps d’une seconde, il se permit de mémoriser l’homme Hyden. Le prince avait pris en masse et était toujours aussi séduisant qu’avant. Ce dernier n’avait peut-être plus du tout pensé à lui ? Après tout, il ne vivait ici que sous la protection du souverain des Thérions. Il baissa tristement son regard vers le plancher en bois, incapable de garder pour lui la douleur de ses maux de cœur.

— Pardon sire, bafouilla-t-il en reprenant une voix respectueusement courtoise, je n’aurais pas dû les croire, j’ai surement mal interprété leur vision, je vous prie de m’excuser, je vais me recoucher et, oublions tout cela.

Il avait l’impression d’être revenu à l’époque où, enfant, Hyden le surprotégeait. Le prince avait toujours été présent à ses côtés, le veillant comme s’il avait été son petit frère. Il l’avait vu grandir puis devenir un jeune prince respectable. Ce fut à son adolescence que Hyden était parti sans un au revoir. Il ne lui en avait pas voulu. Il l’avait toujours su. Les métas qui étaient la force de leur peuple étaient, depuis quelques années, au bord de l’extinction.

Seule une poignée d’hommes accédaient à ce changement. Ce don n’était pas un acquis mais une capacité qui devait leur permettre de communiquer et de fusionner avec leur esprit animal. Pour cela, ses futurs métas partaient s’entrainer sur les hautes montagnes rocheuses de l’Aube. Les derniers mentors étaient des chamans vénérés pour leurs sagesses et leurs connaissances qui représentaient le dernier pilier de leur espèce avant leur fin. Cohan le savait. C’était au moins les seules visions auxquelles il pouvait se fier, car le père de Hyden lui avait confirmé ses dires deux années plus tôt.

— Bonne nuit sire.

.

Comment Cohan pouvait-il l’imaginer avec une autre personne alors qu’il ne l’avait jamais quitté dans son cœur ?

— Cohan, murmura Hyden en l’enlaçant, mon petit Cohan, ils t’ont dit vrai.

Il resserra davantage son étreinte quand le corps fin du chaman trembla contre le sien. Le bruit de ses sanglots étouffés lui comprima la poitrine alors que la tension s’envola doucement. Hyden s’écarta un peu de son ami, encadra son visage et déposa ses lèvres contre la peau de son cou, la baisant avec insistance pour lui montrer combien il l’aimait.

Cohan se lova et se laissa bercer tout contre l’homme qu’il chérissait, apaisant ainsi son cœur affolé. L’atmosphère parut s’alléger d’un secret qui n’avait plus lieu d’être. Le prince, complètement heureux, le porta jusqu’au lit et s’allongea à ses côtés.

Ils avaient tous les deux besoin de sentir la présence de l’autre. Qu’était-ce que quelques heures de plus quand cinq années les avaient séparés ?

Pour l’instant, cela leur suffisait. Toutefois, Hyden, en appui sur son flanc gauche, se contenta de contempler à la lueur de la lampe le visage de Cohan. Il y avait sur ses traits une innocence qui parvenait toujours à le bouleverser. Il posa sa main droite sur la joue et sourit en le voyant fermer les yeux.

Ils n’étaient plus des enfants. Le temps avait passé, laissant derrière eux leurs rires d’autrefois. Hyden planta son regard sur le corps fin qui se colla au sien. Son cœur papillonnait tellement dans tous les sens qu’il dut à son tour clore des paupières.

Cohan lui avait manqué. Il était devenu sa prière du soir, celle qui au milieu de ses songes lui avait apporté un peu de soutien quand, entre deux entrainements, il lui était arrivé de perdre confiance. Devenir un méta n’était pas à la portée de tous les hommes et bien qu’il descendait d’une lignée royale, il avait dû prouver aux chamans qu’il méritait le loup. Il n’avait jamais su les raisons de leurs acharnements, mais il avait bien compris que la présence de Cohan n’y était pas étrangère.

.

Le silence avait quelque chose de merveilleux quand Hyden ouvrit ses yeux pour tomber sur celui de son cadet. Il sourit quand une main vint se glisser sous son haut. Le beau regard améthyste de Cohan resplendissait d’une telle lueur d’envie qu’il l’attira au-dessus de son corps. Il redressa son buste, trainant ses fesses jusqu’à la tête du lit. Lorsqu’il y parvint, son chaman leva une main et la lampe de son côté illumina soudainement la pièce.

Il sourit, laissant ses paumes caresser doucement la peau du dos de son ami. Il les remonta et les glissa dans la chevelure bleutée puis, en l’étreignant un peu plus, il fixa ses lèvres rose. Il avait envie de les goûter mais il se retint. La peur de laisser son côté animal prendre le dessus le terrifiait.

— Mon père m’a dit qu’Evriane t’a enseigné la magie des sages.

Hyden, coupé dans sa tentative de parler, sentit une force l’obliger à clore ses paupières. Les mains de Cohan encadrèrent son visage et, le front se posant contre le sien, il ressentit son pouvoir comme si son ami avait la possibilité de lui donner  matière. Cette magie était bien plus puissante que celle des chamans de l’Aube. Il l’avait toujours su ou, du moins, il l’en avait soupçonné. Le premier jour où son loup intérieur s’était manifesté à sa conscience, ce dernier lui avait hurlé « Cohan ». Mais, pour l’heure, il devait calmer la bête qui sommeillait en lui.

Il ouvrit subitement ses yeux, dévoilant une couleur des plus étincelantes et les planta dangereusement dans ceux du jeune homme. Comme saisit d’une fièvre incontrôlable, il l’empoigna violemment, basculant son corps dans un geste vif et se retrouva à califourchon au-dessus de Cohan. Hyden, le souffle court, respira par à-coup tant l’envie de le faire sien parut bien plus fort que sa raison.

Puis, comme si le temps venait de se figer, ses cheveux blonds tombèrent sur le côté d’une telle lenteur que le sourire de Cohan réussit à captiver son regard, calant harmonieusement sa respiration à la sienne. Plongé dans un lac améthyste, son cœur manqua un battement lorsqu’il put voir dans le reflet de ses yeux le visage de son loup. Son moi-intérieur semblait reconnaître Cohan comme son compagnon.

— Tu as réussi, lui murmura le chaman, tu ne fais qu’un avec lui.

Hyden desserra ses poignes et fronça ses sourcils. Il ne comprenait pas ce qui venait de se passer, hormis le fait qu’il avait baissé sa garde. Le calme dont faisait preuve Cohan l’aurait presque effrayé. Il paraissait si sûr de lui que son corps se détendit et son cœur palpita subitement à un rythme effréné.

— Tu n’as pas à avoir peur. Il fait partie de toi, comme ma magie fait partie de moi,… maintenant, viens, embrasse-moi et…

Il n’attendit pas une seconde de plus qu’il approcha son visage pour enfin embrasser celui qui avait volé son cœur.

L’excitation était tellement violente que leurs bouches eurent du mal à se trouver puis, leurs dents s’entrechoquant quelques secondes, leurs langues se touchèrent enfin, calmant doucement leurs ardeurs. Le baiser était à la fois doux, passionné et empli de promesses. Le manque qui les maintenait dans cet état d’agitation semblait tout indiquer l’envie de consommer immédiatement leurs retrouvailles.

Les jambes de Cohan autour de sa taille, Hyden ondula son bassin pendant que leur baiser s’approfondît. L’impatience de son cadet durcit douloureusement son sexe, le poussant à gémir plus bruyamment. Les mains de ce dernier semblaient s’ancrer dans sa chair, l’intimant de le posséder…

— Hyden…

A ces mots, il baisa le menton et murmura à son tour le nom tant chéri.

— Cinq ans que tu es parti, lui souffla son amant, tu m’as manqué…

La voix sensuelle l’obligea à le fixer. Cohan était beau. Ses pommettes empourprées firent battre son cœur encore plus vite. Ses lèvres, ses merveilleuses lèvres qu’il avait encore envie de gouter semblaient amuser à le voir dans cet état.

Hyden déposa des baisers sur ses joues et s’excusa pour le mal qu’il lui avait fait. Il regrettait amèrement d’être parti comme un voleur mais, cette nuit, il se disait que tout cela était derrière eux. Il l’embrassa tendrement, laissant ses mains découvrir le corps de son amant.

.

Il y avait dans l’atmosphère quelque chose de merveilleux, une brise imaginaire semblait baigner la pièce d’un parfum ensorcelant. C’était comme si la magie de Cohan désirait fusionner avec son esprit animal. Personne ne lui avait parlé de ça ? Etait-il possible pour un méta et un chaman de fusionner ?

En réalisant cela, il suspendit le baiser et regarda avec intensité les yeux brillant de désirs.

— Hyden ?

— Est-ce que tu sens ce qui se passe ?

Le regard affolé de Cohan acheva son cœur, se traitant de triple imbécile. Il y avait tellement de peur dans ses yeux qu’il comprit les tremblements de ses membres contre les siens.

— Pardon, Cohan, murmura-t-il en scellant ses lèvres en un baiser d’excuse, c’est… que tout cela est nouveau pour moi.

— Nous n’avons rien commencé, lui chuchota-t-il, tu peux revenir en arrière,… je ne m’offenserais pas,… et…

— Non, mon cœur, c’est avec toi que je veux être.

Pour confirmer ses dire, il se redressa quelques secondes, ôta le bas de Cohan et le contempla avec envie. Ce dernier paraissant soudainement gêné de se retrouver nu devant lui, il le rassura en tombant à ses côtés et l’attira tout contre lui.

— Je dois t’avouer quelque chose Cohan. La première fois que mon esprit animal s’est manifesté, c’est ton nom qu’il m’a hurlé à l’oreille. Il t’avait choisi au même titre que… tu as su conquérir mon territoire, dit-il en désignant l’emplacement de son cœur.

Hyden avait oublié combien il était fragile,… combien ses bras avaient toujours voulu le protéger du monde…

— Hyden, lui répondit Cohan d’une voix vibrante de doute, je ne la contrôle pas,… je la sens, ma magie, elle…

Hyden sourit nerveusement. Lui aussi, il sentait son esprit s’exciter au fond de son être. Il l’embrassa, collant son corps enflammé contre le sien. C’était un rêve qu’il avait si longtemps affectionné qu’il avait envie de libérer l’amour qu’il lui portait. Il était peut-être prince mais il était avant tout un homme comme tout le monde. Cohan ne devait jamais douter de lui. Il n’était pas forcément taillé comme les métas, mais il avait quelque chose qui attirait les regards des jeunes de leurs âges.

Les cheveux du chaman tombants jusqu’aux épaules étaient considérés comme un signe d’innocence et de respect quand, à sa naissance, des gens avaient osé proférés qu’ils étaient maudits. Sa couleur bleutée et foncée semblait être pailletée de millier d’étoiles. Elle était tellement rare qu’un des puissants chamans avaient demandé à son père de le prendre sous sa tutelle.

Hyden se souvenait très bien du premier jour de leur rencontre, il se rappelait encore des yeux baignés de larmes qui le suppliaient de le sauver des autres enfants. Ces garnements lui hurlaient sans cesse qu’il était bizarre et que c’était Anthéra, première chaman, qui le punissait en faisant de ses cheveux une malédiction.

Mais les enfants avaient eu tort. Cohan était un guide pour les esprits et les vivants. Il avait été choisi pour sauver leur peuple quand l’avenir deviendrait sombre.

— Hyden, lui susurra son cadet à son oreille, prends-moi…

La nuit fut douce. Câline et prometteuse. Il y avait tant d’émotions et de sensations qu’il prenait sur lui de ne pas le brusquer. Chacun de ses gestes était mesuré, dosé à sa justesse pour l’entendre hurler son nom et gémir de plaisir. Il n’oubliait aucune parcelle de peau dévoilée. C’était une exploration qui parvenait à déferler dans son cœur un désir incommensurable.

Soudain, Cohan le fusilla d’un regard noir. Hyden, un sourire amusé au bord des lèvres, comprit que son amant n’en pouvait plus de sa torture. Au-dessus de lui, il le prépara à le recevoir et murmura des mots qu’il n’aurait jamais cru un jour franchir de sa bouche.

— Je t’aime Cohan…

Le jeune chaman, bouleversé, se cambra en sentant le sexe de son aîné s’insinuer en lui. Un long râle sortit de sa gorge brulante. Il l’avait attendu. Des jours. Des mois. Des années. Il l’avait aimé à la première seconde où il l’avait vu et s’était senti en sécurité avec lui. Hyden était son prince. Son amour. Sa vie.

Lorsque les esprits lui avaient dit qu’il s’unirait à lui, tous ses doutes s’étaient envolés pour laisser place aux sentiments qu’il avait enfouis au fond de son cœur. Grâce à eux, il avait eu le droit de l’aimer. De l’attendre. De le chérir.

Il haleta lorsque Hyden prit ses jambes et les posa contre les épaules. Les joues en feu, il gémit en sentant le va-et-vient de son sexe au fond de lui. La respiration courte et lente, des lèvres se déposèrent contre les siennes, l’emportant dans un baiser des plus bouleversants.

Chaque coup de reins le poussait à hurler de plaisir, laissant son don amadouer le loup qui scellait à tout jamais leur lien. En se sentant prêt à rendre les armes, il planta son regard dans le bleu saphir qui, le temps d’une seconde, s’illumina de mille étincelles argentées. Une chaleur fulgurante le saisit brusquement au bas du dos, libérant les centaines de papillons qui tournoyaient au bas de son ventre. Hyden le suivit aussitôt, lâchant un cri rauque mêlé au sien…

Ce dernier, comblé, s’avachit à côté de son chaman et le tira tout contre lui. Il savait que demain, il ne craindrait pas d’annoncer sa liaison au roi puisque ce dernier semblait être au courant.

— Je t’aime Hyden…

.

Le couple s’endormit l’un contre l’autre. Demain, le peuple saurait enfin que le fils cadet du roi s’était uni avec l’élu des sages. 

Cette nuit, Cohan se voyait courir à travers une terre lointaine et inconnue accompagné d’un grand loup au pelage argenté. La végétation verdoyante n’appartenait pas à leur royaume.

— Mon cœur ?

Cohan tourna son visage vers Hyden qui avait repris sa forme humaine.

— Oui ?

— Et si nous rentrons chez nous.

Cohan, le cœur battant, suivit le regard du prince et ses membres se figèrent quand il aperçut la cité d’Anthéra. Il ne la connaissait que de nom et pourtant, en la voyant, il savait que c’était elle. C’était celle que son peuple apprenait dans les livres… celle qui avait été bâti par leur première chamane et qui avait été par la suite abandonnée lors d’une guerre entre les clans.

Si Anthéra était devenue une légende, se pouvait-il qu’elle existe encore après toutes ces siècles ? Pourra-t-il envisager une expédition pour la retrouver ?

.

Alors que Cohan rêvait, Hyden avait un sommeil légèrement agité. Quand il faisait appel à son esprit animal, il voyait ses yeux passer d’un saphir à une couleur améthyste identique à celle de son amant. 

Cela était le premier signe d’une vieille prophétie qui annonçait l’arrivée de leur pire ennemi : les hybrides. Ceux-là même qui auraient poussé leur propre peuple à se rebeller contre les lois d’Anthéra. 

.

.

Le prince sortait de la chambre lorsqu’il tomba sur son père. Les joues empourprées, il eut la désagréable sensation que celui-ci avait attendue toute la nuit devant sa porte. Etait-ce possible ?

— Père ?

— Cohan t’a-t-il mis au courant ?

Hyden, soudainement paniqué par sa voix sérieuse, fronça ses sourcils et se rappela des mots de son amant « Ton père sait tout. »

— Je sais que tu viens à peine de rentrer, mais nous avons une affaire urgente à régler. Ton frère nous attend dans la salle du trône.

— À voir votre tête, j’ai l’impression que vous avez une très mauvaise nouvelle à me dire.

Hyden ne voulait pas penser à la prophétie. C’était trop vieux pour que cela se produise maintenant…

— La race qui veillait sur notre peuple vient de s’éteindre. Il n’y a plus de Firstlane.

— Comment est-ce possible ? demanda-t-il en pensant à l’autel des lumières éternelles où chaque bougie encore allumée indiquait le nombre de vivant.

— Evriane a vu la dernière flamme s’éteindre.

— Impossible ! s’écria-t-il. Ils étaient… 

— Hyden, le coupa son père. La dernière s’est éteinte hier.

.

Parallèlement dans l’autre pièce, Cohan venait d’ouvrir ses paupières. Une voix féminine s’était infiltré dans sa tête pour ne cesser de répéter un seul nom : « Messan ».

— Anthéra ?

.

L’univers est en constante évolution, les races le sont aussi parce qu’elles ne sont pas seules.

.

Fin

***

Nous retrouverons (un jour) Cohan & Hyden pour leur aventure dans la seconde trilogie de Messan.

****

Le mot « Thérianthropie » est issu du grec ancien therion qui signifie « bête », et d’anthrōpos qui signifie « homme » d’où j’ai décidé d’appeler ce peuple : les Thérions.

Thérianthropie : métamorphe ayant la possibilité de se transformer d’une forme humaine en animal de façon complète

* Race connu de Messan T1 Les Oubliés

Minigician – version anglaise & news

Bonjour !

Avec Minigicien, j’ai décidé d’étendre sa lecture en la faisant traduire en anglais. Actuellement, elle est en cours et je vous présente la couverture  qui est la même que la version française.

With Minigicien, I decided to extend his reading by having it translated into English. Currently, it is in progress and I present the cover which is the same as the French version.

Synopsis :

Minigicians have no existence in the universe of the supernatural and nevertheless, they would deserve a place in it. People decimated by metamorphs in their world, powerful forces have come together to revive this species. For centuries, the minigicians became a rumour, an unverifiable myth for most witches until the day Mini-Maverick appeared at the manor of the Lailo family, without any memory of its past.

If his presence brings together the little cousins Raphael and Joshua, respectively wizard and wolf shapeshifter, they are all three far from imagining what the future holds for them.

Until their destiny takes shape, they will learn to grow together. Mini-Maverick will adapt to his new family and be considered a member of the family. Raphael will become his wizard master while Joshua, behind his grouchy airs, will intrigue him over the years.

If the plans of the powerful forces had been to do everything possible to give birth to an extinct species again, they did not expect the last of the minigicians to be able to feel emotions in the same way as a human…

***

En ce qui concerne les dessins de Joshua & Maverick, je n’arrive pas à entrer en contact avec le dessinateur… j’aurai aimé pouvoir en avoir un nouveau pour chacun des tomes (en format carte/marque-page) puisque la version papier, je ne le ferai uniquement pour l’intégrale. (qui ne contiendra pas le hors série)

Le tome 1 se poursuit avec quelques différences par rapport à l’histoire que j’avais publié sur Wappad. Un chapitre a été ajouté avant le premier (pour facilité la dissémination des révélations) Vous en apprendrez plus sur le fameux pouvoir de Raphaël, celui qui avait bien failli lui coûter la vie, enfant.

J’ai aussi prévu un concours pour la sortie de l’intégrale (prévoir courant 2020). Comme d’habitude, il faudra avoir lu leur histoire !

As for the Joshua & Maverick drawings, I can’t get in touch with the designer… I wish I could have had a new one for each of the volumes (in map/bookmark format) since the paper version, I won’t do it only for the complete one. (which will not contain the special edition)

Volume 1 continues with some differences from the story I published on Wappad. A chapter was added before the first one (to facilitate the dissemination of the revelations). You will learn more about Raphael’s famous power, the one that almost cost him his life as a child.

I have also planned a competition for the release of the complete album (to be planned in 2020). As usual, you will have to have read their story!

***

En savoir un peu plus sur les métamorphes qui viennent de cette histoire, c’est ici.

 

# ETEDESINDES avec Idboox

#étédesindés

 

IDBOOX est un site d’informations sur l’actualité du livre numérique, des tablettes, des liseuses, des smartphones et c’est AUSSI une structure de conseil à la pointe des meilleures pratiques de l’édition et de la communication.

Cet été, IDBOOX renouvelle une seconde fois l’Été des indés qui, en 2017, avait eu beaucoup de succès. L’objectif est de donner de la visibilité aux auteurs auto-édités et faire découvrir de nouveaux livres aux lecteurs découvrent de nouveaux livres . Au fils des semaines, IDBOOX publiera le témoignage d’un auteur à partir du début juillet à fin août 2019.

Vous pourrez découvrir ma participation à l’#ETEDESINDES ! 

N’hésitez pas à suivre leur page facebook ou leur site.

 

 

Services presses – Minigicien T0.5

De Heaven’s Bookish

Coucou tout le monde, aujourd’hui je vais vous donner mon avis sur un SP, qui s’appelle Minigicien, tome 0,5 : L’Imperfection d’une prophétie écrit par Eridine Thémys, et qui sortira le 15 juin 2019 en ebook.
L’histoire se déroule dans un monde où vivent des sorciers, des métamorphes (personnes qui peuvent à la fois être sous l’apparence humaine, mais aussi sous une autre forme, comme un animal par exemple) et aussi des chamans. Le récit se déroule à notre époque,  et nous suivons l’histoire d’une famille de sorciers, les Laïlo. Eloïse Laïlo a eu deux enfants, Ethan et Lily, avec son défunt mari Léo-Paul. De son vivant, ce dernier avait raconté à sa femme qu’auparavant étaient venus sur Terre des petits êtres nommés les minigiciens, et qu’ils avaient pour but de protéger les dragons. Mais leur espèce s’est malheureusement éteinte. Eloïse a la chance d’avoir deux adorables petits-fils, Raphaël (l’aîné) et Joshua, qui sont tous deux cousins. Les deux jeunes garçons ont l’habitude de passer leurs étés ensemble chez leur grand-mère, sauf qu’au début du roman la relation entre les deux enfants est conflictuelle, notamment à cause de la nature renfermée de Joshua, qui est un métamorphe et qui a la capacité de se transformer en loup. Mais un jour un minigicien, Maverick, arrive chez les Lailo, et fait de Raphaël son maître. Dès lors les deux cousins et ce petit être magique vont se rapprocher.

Au début de ma lecture, même si j’aimais bien l’univers qui m’était décrit et le style d’écriture de l’auteure, j’étais tout de même un peu sceptique sur un point : car pendant une partie du roman Raphaël et Joshua sont des enfants, et lorsque je lis un livre j’aime bien pouvoir m’identifier aux personnages, or là j’avais du mal étant donné qu’ils étaient beaucoup plus jeunes que moi. Mais au fur et à mesure du livre les années passent et les deux petits garçons deviennent deux jeunes adultes, et c’est donc à partir de là que je me suis dit : j’aime cette histoire ! En plus même si la magie a une grande place dans l’histoire, il y a aussi l’histoire d’une prophétie qui concerne l’un des deux cousins, ainsi que Maverick, et j’avais tellement envie de savoir de quoi il était question. Il y a tout un mystère autour de cette fameuse prophétie, mais aussi autour des minigiciens, notamment de la présence de Maverick chez les Laïlo. Rassurez-vous, nous découvrons plusieurs éléments qui nous permettent d’y voir plus clair, mais pour cela il faut lire le roman jusqu’à la fin 😉

Enfin, plus on avance dans l’histoire et plus on voit que Joshua est attiré par les hommes, notamment par un en particulier… Quant à mon personnage préféré, c’est sans aucun doute Maverick. Ce petit bonhomme est tellement attachant, gentil mais en même temps têtu à certains moments, et je le trouve adorable lorsqu’il est  en présence de la famille Laïlo, bref, j’aimerais bien avoir un mini-Maverick chez moi !! 😍

🌸 Extrait 🌸
« – Bonsoir, chuchota la jeune voix du tout nouvel humain qui le ramena au présent. Je suis Eric. L’ami de Raphaël. Vous devez être Joshua.
Joshua était troublé. Elle n’avait rien à voir avec sa forme de minus. Elle était nette, claire et ensorcelante… Il pourrait rester ici à le contempler dans le blanc des yeux et…
– Josh ? le rappela à l’ordre Raphaël qui murmurait à son oreille. Ferme ta bouche et arrête de baver s’il te plaît.
– Bonsoir, se reprit-il en ignorant son cousin. Oui, il paraît que je vous accompagne alors…enchanté Eric. »

***

De Sandybouquine

Avis général sans spoil:
Ce préquel m’a donné envie de lire la suite. Il est actuellement en précommande amazon nous plonge dans la vie de famille des Lailo.  Entre sombres secrets, prophéties étranges, magie et histoires de cœur compliquées. 

Nous apprenons à connaître Joshua (métamorphe loup), Raphaël (sorcier) et Mini-Maverick le minigicien qui l’accompagne. Je vous arrête tout de suite, moi aussi la première fois que j’ai lu « minigicien » ou « mini-maverick » j’ai pensé aux minipouces («  nous les minipouces »… ça y est vous avez le générique en tête, ne me remerciez pas c’est cadeau ^^). Mais il n’en est rien! La seule ressemblance est la petite taille, Mini-Maverick (ou minus pour les intimes) mesure entre 10 et 13 cm. Mais ce n’est pas une petite créature qui vit dans les murs de la maison, c’est un être magique à part entière qui est là pour se lier avec un magicien pour l’aider à canaliser la magie de ce dernier tout en le protégeant au péril de sa propre vie. Visible seulement pour les êtres dotés de magie, Mini-Maverick se lie avec Raphaël Lailo, faisant de ce dernier son maître.  La présence de ce mini-magicien est d’autant plus exceptionnelle qu’ils sont si rares dans notre monde qu’ils sont presque une légende, à peine plus qu’une rumeur pour beaucoup de magiques. 

Nous gravitons principalement autour de Joshua, issue d’une mère sorcière (lily), et d’un père métamorphe loup inconnu.  Petit garçon solitaire dont nous ne savons pas tout, il a du mal à trouvé sa place, il n’appartient à aucune meute, mais ne fait pas vraiment partit des sorciers non plus. La solutide est profonde, pour pallier à cela, la famille décide de réunir sous le même toit les cousins pour les vacances chaque année. Raphaël, son cousin (un peu plus âgé que lui) va essayer de se rapprocher de lui, aidé par l’arrivée du minigicien. Ils vont vite former un trio aussi fantasque que bruyant chez Éloise. Mais la solitude de Joshua est-elle la seule raison qui pousse la famille à vouloir réunir les deux garçons ? Non… Ethan (le père de Raphaël) et Léo-Paul (le grand-père des garçons) semblent avoir eu des visions les concernant, des visions sombres et difficiles. 

Les enfants Lailo semblent être au cœur d’une sombre prophétie que leur famille essaye de comprendre. Arriveront-ils à les en protéger ? Quel rôle le minigicien a-t-il à jouer là-dedans? Quels sont les enjeux de qui se passe entre ces trois-là ?  Entre les visions du père de Raphaël, les secrets de grimoire de feu leur grand-père, et les relations compliquées qui se nouent entre Joshua et Mini-Maverick, l’Histoire semble déjà en route, mais… épargnera-t-elle tout le monde… ? 

Ce récit féerique aux allures magiques est frais et agréable, il met totalement en bouche en donnant suffisamment d’indices sur ce qui se passe pour se faire sa propre idée de ce qui va suivre. Ce qui est vraiment en jeu et la manière dont cela pourrait se passer. Nous avons également une histoire d’amour présente dans ce roman (plusieurs même), mais pour ne spoiler personne je n’en dirais pas plus à ce sujet. Le livre ne comporte pas de scènes érotiques et il est donc lisible par toutes les âmes sensibles.  Noyé dans de nombreuses conjectures je n’attends qu’une chose : la suite ! heureusement, elle est prévue pour le bientôt. 

En ce qui concerne l’écriture elle est agréable et alterne entre récit, description et discours. La plupart du temps nous suivons le point de vue de Joshua, parfois de Mini-Maverick .  Les chapitres courts sont rapidement lus. nous avons également des chapitres « confidences » qui nous permettent « d’épier » des conversations de personnages. 

Alors, n’hésitez pas, et plongez dans cette série (3 tomes + prequel et Hors série) et à suivre les aventures de ces 3 garçons! Moi c’est ce que je vais faire^^ !

J’ai moins aimé : 
– on nous donne des éléments que l’on ne comprend pas encore 

j’ai aimé : 
– la vision de loup
– l’histoire d’amour
– la trame qui se met en place. 

vous pouvez vous procurer le livre a tout petit prix ici!

***

De Chabouquine noté sur simplement pro

Que dire sur ce roman ? Déjà, que je remercie l’autrice d’avoir accepté ma demande de service presse. Adorant la romance entre homme et tout ce qui touche de prêt ou de loin au paranormal, j’ai tout de suis été séduite par son roman et je dois dire que je ne suis pas déçue du résultat vue que ce tome est un quasi-coup de cœur pour moi. Bref, je ne sais pas part ou commencer tellement ce volume m’a retourné. C’est donc le cœur retourné et un fort ressentiment contre l’autrice, causé par le fait de nous laisser sur une fin pareil, que j’écris cette chronique. 

Nous débutons le roman avec un prologue qui nous explique brièvement, mais efficacement, ce qu’est un minigicien, ainsi que le statut de Joshua parmi les siens et pourquoi il est si différent. La suite de l’histoire, on la découvre des yeux des différents personnages, chose qui m’a assez surprise, m’attendant à avoir que le point de vue de Joshua, même si on reste plus souvent avec lui. 
Les premiers chapitres se déroulent principalement chez Éloïse, la grand-mère de Joshua, ou est mise en place l’amitié naissante entre lui et son cousin. Il faut dire que la grand-mère à décidé de recevoir chez elle les deux enfants, pendant les deux mois des vacances scolaires, afin qu’ils se rapprochent, et ce, jusqu’à leurs 10 ans. Les parents les trouvant assez proches, ils ne se retrouverons plus qu’un mois durant les vacances, arguant qu’ils ont leurs téléphones pour converser ensemble. Cette décision permettra à Joshua de faire une rencontre importante pour lui et son futur. Par la suite, on va les voir grandir, tout en restant principalement avec Joshua et ses sentiments qui le torture. 

Plusieurs passages dans ce volume m’ont pincé le cœur de tristesse. Le premier pour Joshua quand il est petit et qu’il fait une erreur d’enfant. L’autrice le décrit tellement bien, qu’on ne peut que se mettre à sa place et avoir le cœur brisé pour lui. Le second pour Maverick, quand les garçons grandissent. Une phrase en particulier m’a fait de la peine, car elle est tellement réaliste sur le moment. Et deux autres que je tairais, refusant de vous spoiler dessus. 

Parlons de l’autrice. Bien qu’elle ait une écriture un peu simple, cette dernière est tout de même très fluide et efficace.L’autrice nous embarque facilement dans son univers, abreuvant notre appétit d’en savoir plus, tout en nous laissant sur notre faim afin de garder notre intérêt. De plus, elle nous décrit tout à la perfection, sans pour autant nous noyer sous un flot de détail et de description inutile. En bref, tout ça pour dire que j’ai vraiment apprécié sa plume et surtout son univers.Univers qui promet d’être riche et bien construit, partit comme c’est partit. 

Du côté des personnages, j’ai adoré Maverick et Joshua. Le premier de par son caractère toujours enjoué et son comportement parfois un peu infantile, sans parler sa soif de connaissance sur ce qu’est être un humain. Ensuite, le second. J’ai adoré Joshua, car il est celui qui m’a le plus touché de part son caractère et son histoire. Il peut paraître froid et dur, mais ce n’est qu’une façade pour se protéger. De quoi ? À vous de le découvrir. Sachez juste, qu’il est celui pour lequel mon cœur c’est le plus souvent serré. 

Que dire de plus… Chaque chapitre est coupé, au début, de plusieurs petits chapitres, qui nous relatent l’enfance de nous deux héros. Qu’est-ce qui les as rapprochés ? Pourquoi ces deux la devaient impérativement s’entendre ? Que de question qui trouve réponse tout au long de la lecture. 

En conclusion : ce volume est un excellent préface pour les futurs tomes qui suivront. On apprend la jeunesse des héros, le pourquoi de leurs caractères et de leurs relations. On apprend aussi leurs pouvoirs et leurs ampleurs.L’évolution de leur vie et ce que cette dernière fait sur leur personnalité. En tout cas, c’est une superbe découverte pour moi. J’adore ce genre de roman qui nous fait passer par tout type de sentiment, même si c’est la tristesse, éprouvée pour les personnages, qu’on ressent le plus. En tout cas, amateur de loup-garou, magie et autre, ce roman est pour vous. Moi, je n’attends qu’une chose. La suite.