Les amis, les anges & Mathias

Nouvelle dérivée du roman Le grimoire de l’intersection

Titre : Les amis, les anges & Mathias

Version 2017 : revu

Genre : Paranormal MM (#Grimoire de l’intersection => Peut se lire séparément)

Longueur : 11 500 mots environs

Résumé : Mathias avait quitté la ville en s’éloignant une année d’Adrien. Leur amitié avait volé en éclat pour une raison que chacun estimait être légitime.

De souvenirs en souvenirs, l’un comprendra qui il avait véritablement été et le second continuera à prier les anges.

Note : Offerte en version papier lors du concours de la box de noël et un concours sur ma page auteur.

☆☆☆

Prologue

 

Mathias Endray avait regardé à travers ses verres sombres les gens qui étaient venus à l’enterrement de Monsieur Lafarge Frédéric. Cela faisait un an qu’il était parti de cette ville sans une seule fois y revenir. Il était resté en retrait, au portail du cimetière, attendant que l’enceinte se vide petit à petit.

 

Lorsqu’il put s’avancer vers la tombe, il s’y arrêta, s’accroupit et saisit une poignée de terre qu’il jeta au-dessus du cercueil lustré. Il aurait aimé que d’un simple courant d’air, le vent puisse à tout jamais emporter avec lui tous ses vieux souvenirs. Malheureusement la mémoire semblait conserver ce qui ne pouvait pas être pardonné et, la vérité était que parfois, il aurait souhaité revenir en arrière et tout recommencer.

 

Mathias, le cœur lourd, regagna la sortie en sachant qu’il ne reviendrait plus. Cette ville était devenue un passé qui ne devait plus avoir de place dans sa nouvelle vie. Il s’arrêta une minute et se permit de contempler les étoiles. À travers ses lunettes de soleil, il fixa l’auréole dorée de la lune. Une douce brise d’automne vint caresser ses joues. Il sourit en pensant à sa meilleure amie qui avait quitté ce monde deux mois plus tôt.

Tu sais que d’en haut, il y a des anges, lui avait-elle murmuré.

Pour toute réponse, il avait déposé un baiser sur le front.

— Si, si, je t’assure, plein d’anges…

Ces mots avaient le pouvoir de lui remonter le moral quand il commençait à se sentir seul. Il reprit son chemin et ses pieds s’immobilisèrent : Adrien Lafarge était là. Mathias, les dents serrées, se ressaisit et marcha en gardant le visage impassible, mais son traître de cœur, celui de son enfance, semblait toujours battre pour lui.

Il le dépassa et remarqua rapidement qu’il était un peu plus mince qu’avant. Il ne put s’empêcher de penser que cela lui allait bien, même si, après une d’année, il se sentait encore attiré par Adrien. Ses pas s’arrêtèrent quelques secondes quand la voix qui avait manqué à sa vie l’appela.

— Mathias…

— Ce qui est fait, est fait ! vociféra-t-il sans se retourner et monta dans sa voiture.

Il posa ses mains tremblantes et moites sur le volant, haïssant sa fragilité. Il avait une nuit pour se donner du courage car, demain, il devrait le rencontrer à l’orphelinat. Il regrettait presque de ne pas avoir récupéré son dossier du temps où le père d’Adrien était en vie.

 

=> 1

N'hésitez pas à laisser un commentaire à l'auteur, merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :